Entrepreneur français : 5 choses à savoir sur la Silicon Valley

silicon valley francais

La Silicon Valley est le berceau de l’écosystème startup. Les plus grandes et les plus belles histoires entrepreneuriales sont reliées à la baie de San Francisco. Entrepreneurs français, que devez-vous savoir avant de plonger dans la Silicon Valley ?

 

Qui peut aller dans la Silicon Valley ?

Des startups de différents niveaux peuvent rejoindre la Baie de San Francisco : «early-satges» ou avancées. Toutes seront confrontés aux mêmes problèmes. Elles doivent remettre les acquis en question afin de s’adapter au marché américain. Ce dont vous êtes sûr en tant qu’entrepreneur, oubliez-le. L’entreprise que vous possédez ne va pas fonctionner de la même façon en France et en Californie. Premier conseil, travaillez avec d’autres startups étrangères installées aux Etats-Unis afin d’éviter les erreurs courantes. Rencontrez les acteurs français locaux.

Un autre conseil est de ne pas y aller seul. Il y a trop de travail pour une seule personne. Vos journées vont être occupées à rencontrer d’autres entrepreneurs, des clients potentiels ou des VCs. Et vos nuits seront occupées par le travail avec votre équipe en France. Les neuf heures de décalage horaire sont assez difficiles à gérer sur le long terme. Gardez à l’esprit qu’il est préférable d’aller en Californie à deux ou trois.

 

1. « Faites semblant jusqu’au jour où vous réussissez »

« Fake it until you make it ». De nombreux entrepreneurs vous raconteront des histoires de contrats signés alors qu’ils n’avaient aucun produit viable. Faites de même ! Développer un POC (proof of concept), un MVP (minimum viable product) et recueillez un maximum d’avis. Vous récolterez de nouvelles opportunités.

On a tous entendu : « les idées ne valent rien, seule l’exécution compte ». Créer une technologie disruptive demande des compétences et du temps. Le MVP est donc votre porte d’entrée. Il vous permettra d’adapter la technologie pour le produit et adapter le produit au marché.

Fondamentalement, vous avez besoin d’une idée, d’une équipe et d’une partie de votre technologie. Avec cela vous pourrez entamer le processus : « idée + équipe + technologie + produit + marque = succès ».

 

2. Découvrez l’art du pitch et du storytelling

Lorsque vous demandez à un entrepreneur lambda ce qu’il fait, il vous parlera de son produit. Racontez plutôt une histoire ! Les histoires fonctionnent partout sur Terre et particulièrement bien dans la baie de San Francisco. Oubliez les longs discours sur la manière dont vous allez coder la meilleure intelligence artificielle du monde.

Préférez plutôt une histoire simple et sincère comme celle-ci : «Nous sommes allés dans une école pour découvrir comment les professeurs travaillaient au quotidien. L’un d’eux avait une grande classe de 32 enfants. Parmi les enfants, une jeune fille avait d’énormes difficultés scolaires. Nous avons donc demandé à l’enseignante : «Que pouvez – vous faire pour la jeune fille ? ». Elle nous a répondu « Je ne peux pas sauver tout le monde ». Ce constat était profondément triste et réaliste. Cette rencontre marque le début de notre mission. Depuis ce jour-là, nous avons créé une solution pour aider les enseignants à s’adapter au rythme d’apprentissage de chaque enfant (basée sur l’intelligence artificielle) ». Racontez une histoire et ne vous focalisez pas sur les caractéristiques de votre produit.

Lisez l’article suivant pour “Maitrisez l’art du pitch

De plus, vous trouverez toujours quelqu’un avec un meilleur produit parce que tout le monde en Californie développe de nouvelles technologies. Si vous avez 10.000 utilisateurs, c’est très bien. Cela permet de savoir où vous en êtes. Mais ce que les gens veulent, c’est une vision ! Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Où allez-vous en être dans 5 ans ?

 

3. Maitrisez le networking

La première chose à retenir est de ne pas avoir peur de votre accent. Les personnes que vous allez rencontrer sont vraiment ouvertes aux échanges. Vous pouvez rentrer en contact avec des gens extraordinaires, peu importe qui vous êtes. Aussi surprenant que cela puisse paraître il est possible de prendre un café avec le CEO sur simple demande. Mais attention ils vous donneront 15 minutes… A vous de saisir votre chance. Dans la Silicon Valley, c’est la notion d’opportunité qui prime.

Gardez à l’esprit, les américains sont très directs au cours de la conversation, ils vont droit au but mais ils ne vont pas vous dire si votre produit est nul. Avec les européens, c’est le contraire. Les gens vont parler pendant des heures, mais ils vous diront que vous n’avez aucune chance de réussir.

De plus, les personnes que vous croiserez seront prêtes à vous aider. Ils vous donneront facilement des feedbacks ou des conseils. Ils seront surtout très heureux si vous pouvez avoir une solution pour eux dans six mois. A San Francisco, n’importe qui est peut-être à la tête du prochain succès à la mode. Les gens sont toujours gentils. Ils ne veulent pas être impolis, car personne ne sait qui vous serez demain.

 

4. Apprenez à parler Angels et aux VC

Face à un investisseurs, posez beaucoup de questions. Ils ont l’argent et le réseau. Ils ont aussi beaucoup de startups en face d’eux. Alors que pouvez-vous faire pour réussir le financement de votre startup ? Misez sur le FOMO (en anglais, Fear Of Missing Out) ! La «peur de rater quelque chose». Jouez avec cette crainte. Les VCs ont peur de manquer la prochaine grande opportunité de la décennie. Concentrez vous sur les revenus que vous générer. Le KPI c’est les dollars que vous pouvez générer.

Un entrepreneur et un VC n’ont pas besoin de se connaître personnellement. Vous n’avez pas besoin de déjeuner avec lui pendant des heures. La seule chose dont les investisseurs se préoccupent est de savoir quel deal ils vont pouvoir faire. Dites-lui ce dont vous avez besoin. Ne le laissez pas se poser des questions, alors parlez affaires !

 

5. La Silicon Valley, est-ce le bon endroit pour vous ?

La France est un très grand pays pour les startups. La Bpi fait un excellent travail pour aider et subventionner les startups. Station F va accélérer de nombreuses entreprises à Paris et casser les prix par desk. La France a beaucoup de grandes entreprises qui représentent un potentiel considérable en B2B. De plus, la France est beaucoup moins chère que la Silicon Valley. Dans un premier temps, il est préférable de créer son entreprise en France. Lorsque vous serez forts, lisez cet article une deuxième fois avant de partir en Californie.

Si vous réussissez dans la Silicon Valley, vous allez pouvoir créer des synergies entre les deux pays. Gardez votre équipe technique en France où les ingénieurs sont bien formés et moins chers qu’aux Etats-Unis. Ajoutez votre adresse californienne dans votre signature d’email et sur votre site internet et créez-vous un réseau autour de San Francisco.

Quelques conseils :

  • Ne pas rivaliser où les américains là où ils sont déjà bons
  • Ne pas réinventer la roue
  • Venez avec quelque chose de nouveau !
  • Penser différemment (réellement)
  • Jouer avec ses points forts
  • Se baser sur la technologie

 

Conclusion

Tous les gens que vous rencontrerez pourront changer la façon dont vous voyez votre propre entreprise. Chaque individu peut ouvrir de nouvelles portes. Soyez ouvert aux opportunités et prêt à aider les autres.

S’exiler dans la Silicon Valley, c’est la promesse d’apprendre beaucoup mais aussi de challenger son entreprise jusqu’à ses derniers retranchements. C’est faire le pari de tout reprendre à zéro pour se reconstruire plus fort. Si vous n’êtes pas en mesure d’avoir des clients et de lever des fonds en France, vous n’avez que peu de chances dans la Silicon Valley.

Gardez à l’esprit, la France est un endroit idéal pour créer sa startup. Rejoindre la Silicon Valley n’est pas un but en soi. Les Etats-Unis sont une porte vers l’internationalisation. C’est une étape dans la croissance de votre entreprise vers un nouveau marché gigantesque. Si vous avez des besoins réels, si votre entreprise doit se développer dans un marché plus vaste, alors la baie de San Francisco vous ouvre ses bras pour atteindre les objectifs dont vous avez toujours révés.

Contactez le FrenchTechHub pour être accompagné dans cette démarche.

 

A propos de Quentin Guignard 26 Articles
Diplomé du meilleur Master "E-business et Marketing Digital" en France. J'ai travaillé pour deux startups dans le sport business, un grand groupe dans les medias et je travaille actuellement pour un accélérateur de startup, le French Tech Hub. Mon parcours m'a amené à étudier 6 mois à Londres et à travailler 6 mois à San Francisco.